La maison Edéenne

La maison Edéenne

La maison Edéenne

DES BIJOUX-PORTRAITS UNIQUES


TEXTE : DIANE STEHLÉ

Fondée en 2003, la Maison Édéenne réalise des pièces uniques de haute joaillerie avec une approche singulière qui bouleverse l’industrie. Ses sculptures joaillières encensent les histoires intimes de ses clients et les valeurs des grandes marques avec lesquelles elle collabore. D’origine montréalaise et seule canadienne à faire de la haute joaillerie dans le monde, sa fondatrice, Édéenne, est de passage au Québec pour présenter sa première exposition dans son pays natal, qui se tient aux Grands Ballets Canadiens de Montréal.

L’ex-directeur de la Joaillerie de Christie’s à Genève l’a citée comme l’une des quatre femmes qui ont marqué l’histoire de cette industrie depuis 1900, et ce, dans un univers essentiellement masculin. Elle a, de plus, été consacrée nouvelle légende de la place Vendôme, haut lieu du raf nement parisien. Et pour cause : Édéenne fait bien plus que des bijoux. Elle raconte, à travers eux, l’histoire de ceux qui les portent. « Lorsque je rencontre la personne qui souhaite une pièce, je lui pose de nombreuses questions questions intimes. J’essaie ensuite de restituer ce qu’elle m’a dit à travers une œuvre-portrait. Je veux ainsi montrer à quel point chaque personne est unique », explique-t-elle.

Que ce soit par un mécanisme sophistiqué animant le bijou, par des alliances de matériaux a priori impossibles ou par une multitude d’éléments mobiles judicieusement entrelacés, il en résulte des œuvres uniques, où la beauté combinée à l’innovation technique, suscite l’émerveillement.

DE RETOUR À MONTRÉAL

Résidant à Paris depuis des années, Édéenne s’est fait connaître aux quatre coins du monde. Elle a notamment exposé ses pièces au Musée de la Légion d’honneur et au Palais de Tokyo, à Paris, chez Wako, à Tokyo, et à la TEFAF de Maastricht. En 2013, elle a aussi été invitée à réaliser la collection célébrant le 400e anniversaire de Mellerio dits Meller, la plus ancienne maison de haute joaillerie de la place Vendôme, et, en 2014, elle a créé une collection pour Lane Crawford, le prestigieux magasin de luxe de Hong Kong.

Toutefois, Édéenne souhaitait depuis longtemps organiser une exposition dans son pays natal, auquel elle est encore très attachée. C’est pourquoi elle vient aujourd’hui nous présenter sa première exposition. Elle y met en scène 160 pièces, dont plus de la moitié ont été prêtées pour l’occasion par ses clients de par le monde. Munis d’une lampe de poche et accompagnés d’une conteuse, dans une salle plongée dans un noir complet, les visiteurs sont amenés à découvrir l’histoire sous-jacente de chaque pièce et à vivre ainsi une expérience qui dépasse largement la présentation de l’objet lui-même. « L’exposition se déploie dans un coffre-fort, écrin de ce que mes bijoux portent de plus précieux : l’émotion. » Il s’agit, d’ailleurs, de la première exposition accueillie par les Grands Ballets Canadiens de Montréal dans leur nouvelle Maison.

Exposition gratuite du 2 au 16 novembre dans l’Édi ce Wilder des Grands Ballets Canadiens de Montréal.

ARTICLE SUGGÉRÉ

Aurora Australis

Aurora Australis

Bijoux contemporains d’Australie Pour la première fois en Amérique du Nord, une exposition exceptionnelle réunit 17 artistes australiens…

LIRE LA SUITE
Caroline Néron en six questions

Caroline Néron en six questions

en six questions Texte : DIANE STEHLE Avec une entreprise comptant 200 employés et réalisant un chiffre d’affaires…

LIRE LA SUITE
Des création haute couture sur mesure

Des création haute couture sur mesure

© Monique Weston Qui n’a jamais rêvé de porter une robe magnifique pour briller de mille feux le…

LIRE LA SUITE
VIITA protection: une révolution dans le monde des sous-vêtements

VIITA protection: une révolution dans le monde des sous-vêtements

À 28 ans, Raquel Tulk est à la tête de Viita Protection, une PME florissante spécialisée dans les…

LIRE LA SUITE